Duché de Ravel
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Une arrivée peu conventionnelle et humide.

Aller en bas 
AuteurMessage
Elienore

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 05/02/2010

MessageSujet: Une arrivée peu conventionnelle et humide.   Lun 27 Déc - 20:17

Il prend un air songeur quand elle lui parle de l‘Université. Elle se demande ce qu’il peut bien se passer dans sa tête en ce moment. Se remémore-t-il sa première entrée dans la salle de classe quand elle les a accueillit. Avait-il remarqué qu’elle n’en menait pas large face à cette quantité impressionnante d’étudiants. Il avait su se démarquer des autres, attirer son attention. Pourtant elle était restée sa « prof » jusqu’au bout. Ce n’est que suite à cette rencontre à Polignac qu’elle s’était autorisée à le voir autrement que comme un simple élève. A le voir comme un homme séduisant et charmant.

Citation :
Car vous pensez peut être que quelqu'un ou quelque chose pourrait peut être m’éloigner de vous? Je vous ai et je vous tiens pour l’éternité maintenant ma douce et délicieuse Prof.

Elle retire une main des siennes qui les emprisonnent et les réchauffent. Elle la pose sur sa joue rugueuse et la caresse tendrement.

Si vous saviez à quel point j’ai envie d’être tellement plus que votre douce et délicieuse prof.

Il l’embrasse à nouveau. Elle avait l’impression de n’être jamais rassasiée de ses douces attentions. Chaque geste, chaque parole l’émeut, lui fait battre le cœur. Ce cœur qu’elle pensait mort, réduit à l’état de cendre en même temps que son ancienne maison. Pourtant il bat la chamade tel un phénix renaissant.

Citation :
Alors si c'est un ordre, je n'ai pas a discuter, vous savez je suis un bon soldat qui obéit toujours quand l'ordre donné et intelligent pour ne pas dire la présentement tentateur…Alors ma belle Élie, guidé moi à l'endroit ou il vous plaira, tant que je suis avec vous, j'irais au bout du monde.

C’est un ordre mon vaillant soldat et je n’ai pas l’intention de vous laisser partir au bout du monde pour le moment.

Transportée comme une jeune mariée franchissant le seuil de sa demeure pour la première fois, le trajet entre le portail et la porte fut ponctué de rires, de caresses et d’embrassades sensuelles. Elle veut profiter de chaque seconde passée avec lui.

Sitôt la porte franchie, il la dépose sur ses pieds. Reprenant son rôle de maitresse de maison, Elle attire tout son monde, distribuant des ordres à la cantonade.


Alix!!!!
Prépare un bain chaud immédiatement.
Pense à y verser de l’huile d’amande douce, la peau de messire Phoenyx en a cruellement besoin.


La camériste partit au pas de course vers la salle d’eau sans émettre la moindre objection. Elie avait vu directement le regard intéressé d’Alix. Un simple coup d’œil de sa part avait suffit à faire changer d’attitude sa trop peu farouche servante.

Lizon!!!
Va faire du feu dans la chambre verte et monte le bagage.
Pense aussi a ranimer les braises de ma chambre en y ajoutant des bûches.
Je vais avoir besoin de me réchauffer et me changer.


Le jeune bretonne prit une couleur coquelicot, comme à son habitude, restant sur place sans bouger.

Allons, file petite!

Elle s’occupe à nouveau de Phoe qu’elle avait délaissé le temps de donner ses instructions. Elle lui montre du doigt son bouclier et son épée.

Vous pouvez laisser ceci dans le râtelier prévu à cette effet.
Votre mantel séchera à la patère.


Du bruit se fait entendre dans le couloir qui donne sur la cuisine, une personne vient à leur rencontre. Elienore se retourne et sourit à sa mère.

Maman, je me doutais que tu ne tarderais pas à venir.
Je te présente messire Phoenix…Mon…euh…


Elle se tourna vers lui et le regarda, ne sachant pas très bien comment le présenter. Il était bien plus que son ami, pourtant pas son fiancé… Elle sourit soudain, elle avait trouvé.

Il est l’homme qui a redonné vie à mon cœur.

Son visage rayonnait de bonheur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phoenyx92

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 46
Localisation : La ou son coeur s'est posé

MessageSujet: Re: Une arrivée peu conventionnelle et humide.   Mar 28 Déc - 3:22


La maison se rapprochait au fur et à mesure que les pas de Phoe avançaient, sa belle calé dans ses bras, bouche rivée sur la sienne qui se nourrissait de sa joie de vivre, il la huma respirant à plein poumon son odeur qui lui devenait de plus en plus familière après avoir arrosé ses courriers de son parfum, il poussa la lourde porte en chêne massif ornée d'une poignée en fer forgé de fort belle facture et arriva dans l'entrée.

De suite la quiétude l'envahit, une douce chaleur sur ses joues se fit sentir, une vague de bonheur le saisit et c'est heureux qu'il déposa sa belle sur le sol, robe trempé et cheveux en panique. Sa main sur sa joue buriné par le froid était un soleil puissant l'irradiant de sa douceur.


Si vous saviez à quel point j’ai envie d’être tellement plus que votre douce et délicieuse prof.

Sourire en coin, regard dardé dans ses prunelles il lui fit comprendre et sans mot dire, de son regard doux et aimant qu'elle était déjà et depuis longtemps bien plus que ça,
Élie était devenu au fur et à mesure que les échanges s'accentuaient, bien plus qu'une simple prof, Élie était maintenant un roc sur lequel il savait pouvoir trouver réconfort et amour, une femme douce et aimante dont il m’était en elle sa confiance pleine et sans réserve, un être sain au multiple facette dont il en découvrait chaque jour un peu plus pour son plus grand ravissement bref un tout devenu si indispensable a sa vie qu'il se demandait comment il avait fait pour simplement vivre avant.


C’est un ordre mon vaillant soldat et je n’ai pas l’intention de vous laisser partir au bout du monde pour le moment.


Encore un rire venu du fond de son être, lui qui parcours les routes du royaume ne rêvait que de celle qui la mènerait vers la belle Élie,

Vous savez ma douce , si je dois tout quitter pour vivre avec vous l'amour sincère qui se dessine, je laisse tout sur place et vous emmène sur le champs.

Alix!!!!
Prépare un bain chaud immédiatement.
Pense à y verser de l’huile d’amande douce, la peau de messire Phoenyx en a cruellement besoin.
Lizon!!!
Va faire du feu dans la chambre verte et monte le bagage.
Pense aussi a ranimer les braises de ma chambre en y ajoutant des bûches.
Je vais avoir besoin de me réchauffer et me changer.
Allons, file petite!


La réalité revient vite sur lui, que de monde d'un coup, il ne connaissait personne et comprit vite que les personnes devant lui étaient le personnel de maison de sa belle,
Nullement habitué à se faire servir, il rougit un peu voyant la maîtresse de maison les faire activer pour lui, il savait qu’Élie était différente de lui sur bien des points, celui la en faisait partis,
Se faire servir, lui qui avait l'habitude de se débrouiller seul, voila une notion qui le dérangeait mais par amour pour sa belle, n'en fit cas, espérant que ne verrait pas sa rougeole aigue.

Alix était une jeune femme au demeurant charmante avec un sourire mutin comme il avait pu en voir dans des lupanars au gré de ses voyages, mais elle semblait toute dévouée a sa maîtresse et devait sûrement très bien la servir, lui qui avait pensé que c'est sa belle qui lui ferait couler le bain sourit de ce contre pied parfait et néanmoins tout à fait conforme aux usages.
Mais l'idée d'un bain bien chaud le tenaillait depuis des semaines, lui qui se lavait dans l'eau des rivières mettant à mal ses attribut d'homme tellement le froid le saisissait à chaque nettoyage,
Être obligé de briser de la glace pour trouver de l'eau ou un bain chaud et mousseux, son choix était vite fait.

Il ne dit rien entendant sa belle vouloir se changer, lui si croteux qu'il en avait presque honte de l'avoir tombé dans la neige et mis a mal la tenue de sa belle,
Espérant simplement que la fièvre ne la prenne pas, il sourit à l'idée de ce si doux moment déjà passé, sachant que bien d'autres aller venir.


Euh vous savez Élie, je peux faire tout cela moi même hein, vos gens ont sûrement bien d'autre tache à faire que de s'occuper de moi, je ne voudrais pas mettre à mal votre organisation et ne veux en aucun cas m'imposer ici.

Vous pouvez laisser ceci dans le râtelier prévu à cette effet. Votre mantel séchera à la patère.


Il s’exécuta sur le champs sachant que les armes pouvaient faire peur, il retira sa Fidèle de son dos et la poser très respectueusement dans le râtelier, en lui promettant de venir s'occuper d'elle un peu plus tard, elle qui de part son tranchant lui avait si maintes fois fait gagner des combats à mort, elle méritait bien des égards,
Son bouclier posé, il regarda les blasons un peu flétrit par les intempéries et se promit de les remettre eux aussi en état.
le reste de son armement étant dans sa besace, il ne garda que sur lui, sa fine lame caché dans sa botte qui elle aussi lui avait mainte fois sauver la mise, une dague ornée d'un rubis offert par un roi de Babylone en même temps que Vol-au-vent pour avoir tirer ce prince venu de loin d'un bien mauvais pas.


Maman, je me doutais que tu ne tarderais pas à venir. Je te présente messire Phoenix…Mon…euh…
Il est l’homme qui a redonné vie à mon cœur.


A la vue de la dame que sa belle appelait maman, son sang se figea d'un coup dans ses veines, mon dieu se présenter pour la première fois devant la génitrice de la femme qu'il aime en étant si sale et presque repoussant était pour lui une honte des plus forte qu'il pouvait ressentir.
Mais comme toujours quand il est en situation de stress intense plus le faite de voir sa douce prise au dépourvu, qu'un éclair de lucidité vint a lui et c'est en serrant la pauvre Élie qui ne semblait pas à son aise qu'il déclama une profession de foi.


Très chère dame, je suis effectivement Phoenyx venant de Moulins, et tout comme votre fille, mon cœur est sorti de sa léthargie depuis que j'ai le plaisir de la connaître. J’espère sincèrement que vous approuverez ma venue et je vous assure de mes plus profonds sentiments pour celle que vous avez su mettre au monde de manière si magnifique.

Puis se penchant vers la mère d’Élie, ayant prit soin de se nettoyer la bouche d'un revers de sa manche discret et tout en prenant sa main pour l'effleurer d'un baiser très respectueux il lui murmura d'une voix douce et suave :

Dame, si je peux me permettre maintenant je sais d’où votre fille tire sa merveilleuse beauté


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alix

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 21/02/2010

MessageSujet: Re: Une arrivée peu conventionnelle et humide.   Mar 28 Déc - 12:13

Chaque matin Alix observait le même rituel.
Première tâche de la journée, habiller et coiffer dame Elienore. Son moment préféré de la journée, il n'y avait plus de maîtresse et de domestique mais simplement deux femmes qui avaient la même passion pour les tissus, froufrous et fanfreluches. Elles en profitaient pour bavarder de tout et de rien, Alix étant bien souvent la confidente de sa dame. Ensuite Elienore allait travailler dans son bureau et Alix prenait un soins extrême à ranger et entretenir la chambre de sa maitresse avant de s'occuper de ses autres obligations.

Alix était heureuse dans cette maison où on la traitait bien, elle ne regrettait pas son changement de vie.
Elle se souvenait comment la rencontre s'était faite. Alix travaillait dans une maison close de Gascogne dont elle avait dû s'enfuir après avoir eu l'idée de faire les poches de son client. Le bougre n'avait pas apprécié de se faire délesté d'une belle bourse d'écu et avait tenté de la faire passée de vie à trépas. Se trouvant encore bien trop jeune pour faire une morte, elle s'était glissée sous un coche qui quittait la ville.
Quelques lieus plus loin, elle avait été découverte par un couple. La dame était aussi douce et gentille que le mari hargneux. Alix découvrit pour la première fois que malgré cette douceur, dame Elienore obtenait bien souvent ce qu'elle souhaitait. C'est comme cela que la courtisane était devenue la camériste personnelle de la jolie auvergnate.


Citation :
Alix!!!!

Elle sursauta, peu habituée d'être appelée au milieu de son travail. Il devait y avoir une urgence. Elle sortit en trombe de la chambre et dévala la volée d'escalier pour atterrir dans le hall d'entrée. Elle se figea devant les spectacle qui s'offrait à elle, la bouche ouverte de stupeur en voyant l'état dégoulinant de sa maitresse. La robe pendouillait de manière disgracieuse et goutait sur les pierres du vestibule. Les cheveux avaient perdu leurs belles boucles souples. Son regard fut attirer vers l'homme qui se tenait à ses côtés et qui avait encore moins fière allure. Alix, en experte, remarqua néanmoins qu'il avait une belle musculature et un visage avenant. Automatiquement elle lui fit un de ses regard aguichants, il n'était pas fréquent de voir un homme dans ce domaine. Dame Elienore avait sans doute encore ramassé un oiseau tombé du nid.

Citation :
Prépare un bain chaud immédiatement.
Pense à y verser de l’huile d’amande douce, la peau de messire Phoenyx en a cruellement besoin.

Un regard noir de sa maitresse et surtout le nom du messire lui firent comprendre sa méprise. Ainsi, il s'agissait de celui qui avait rendu le sourire à la femme qu'elle respectait le plus au monde. Voilà qui changeait tout, le messire était intouchable.

J'y cours dame Elienore.
Ce sera rapidement prêt.


Elle tourna les talons et alla faire chauffer l'eau nécessaire aux ablutions de l'amoureux rentré de mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizon

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 21/02/2010

MessageSujet: Re: Une arrivée peu conventionnelle et humide.   Mar 28 Déc - 13:14

Chiffon en main, Lizon faisait briller les casseroles de cuivre qui devaient être ensuite suspendue au mur de la cuisine.
Elle frottait avec vigueur , éliminant toutes traces mal venue. Elle entendait dame Bertrande s'activer dans le cellier, faisant sans doute l'inventaire des marchandises avant de se rendre au marché.
Lizon se dépêchait de finir son travail pour pouvoir accompagner la mère de sa maitresse, la sortie au marché était toujours l'occasion d'être seule avec celle qu'elle appréciait comme une mère.

Lizon était encore une enfant, à peine 16 ans et pourtant la vie avait déjà été bien cruelle avec elle. Orpheline de mère à l'âge de 5 ans et son père étant parfaitement inconnu, on l'avait placé à l'orphelinat des sœurs de la charités à Vannes en Bretagne. Sœurs de la charités...les nonnes portaient bien mal leur nom. Levée avant l'aurore, elle devait assister à la première messe du jour. Venait ensuite le maigre repas constitué d'une sorte de bouillie à base de céréales. Alors commençait la longue journée de travail harassant jusqu'au couché du soleil. Les seules pauses autorisées étaient réservée à la prière. le soir venu, après avoir avalé une soupe claire, elle s'effondrait sur sa paillasse dans le dortoir. Lizon avait grandit comme cela entre travail et religion. Peu avant ses 14 ans, on lui avait proposer de devenir novice, plus tard elle pourrait prononcer ses vœux et devenir religieuse. Ne connaissant rien d'autre, elle avait accepté cette vie. Un nouveau prêtre était arrivé, gentil. Il avait guidé la petite dans la foie d'Aristote.
Un soir pourtant tout avait basculé dans l'horreur. Le curé l'avait coincée dans une réserve, main plaquée sur sa bouche, il s'était livré à la fornication sur son jeune corps.
Elle s'était enfuie la nuit même. trois jours de marche plus tard, le ventre tenaillé par la faim, elle s'était aventurée sur un marché et volé une pomme. Le marchant l'avait poursuivie et attrapée, la prison l'attendait et probablement une lourde peine. La justice n'était pas tendre avec les pauvres gens. C'était sans compter sur l'intervention d'une mère et de sa fille qui se promenaient sur ce même marché et avaient assisté à la scène. La plus âgée l'avait cachée derrière son dos, la soustrayant à la vindicte du marchant. La plus jeune, d'une voix vibrante de colère, avait clairement exprimé son indignation au marchand de fruits. La pomme avait été payée. La gamine ramenée à l'auberge, lavée, habillée et nourrie. Dame Elienore avait eu une longue conversation avec elle, lui parlant comme à une adulte. Lizon avait eu le choix entre quitter la Bretagne pour l'Auvergne et travailler au domaine de l'Aubépine comme soubrette ou alors être déposée dans un couvent de son choix afin de devenir religieuse. Le choix avait été vite fait. Elle avait trouvé une sorte de famille gentille et aimante, elle n'en demandait pas plus.


Citation :
Lizon!!!

La petite laissa tomber chiffon et casserole sur la grande table de chêne et se dirigea vers la porte d'entrée. Avait-elle fait une bêtise?
Elle vit sa maitresse en compagnie d'un homme grand et vigoureux. Le rouge monta aux joues de la jeune fille, ses jambes tremblèrent et elle entendit à peine ce qu'on lui demandait.


Citation :
Va faire du feu dans la chambre verte et monte le bagage.
Pense aussi a ranimer les braises de ma chambre en y ajoutant des bûches.
Je vais avoir besoin de me réchauffer et me changer.

Il lui fallut un peu de temps pour réagir.

Citation :
Allons, file petite!

Lizon fit un signe de tête, incapable de dire un mot et repartit d'où elle était venue, croisant dame Bertrande au passage, pour aller chercher du bois dans le réserve.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrande

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: Une arrivée peu conventionnelle et humide.   Mar 28 Déc - 14:15

Quel était donc tout ce remue ménage?
La voix de sa fille avait retentit dans l'entrée, appelant Alix et Lizon. Bertrande avait continué le reste de son inventaire qui était presque fini avant de prendre à son tour le chemin du lieu de tout se tapage.
La petite Lizon le visage rouge et courant vers la réserve l'alerta. Un évènement inhabituel devait se dérouler.
Bertrande se rendit vite compte qu'il l'était. D'aussi loin qu'elle se souvenait , elle n'avait jamais vu sa fille aussi débraillée. Elle sourit intérieurement, mais en bonne mère lança un regard réprobateur à sa progéniture qui l'accueillait.


Et bien ma fille que t'était-il arrivé?
Te voilà bien peu présentable.
N'as-tu donc pas passé l'âge de te rouler dans la neige?


Curieusement Elie ne semblait pas se soucier de sa mise, bien au contraire. Elle affichait une mine radieuse malgré son nez et ses joues rouges de froid. Elle présenta l'homme qui était à ses côtés et que Bertrande avait à peine regardé jusque là.

Citation :
Je te présente messire Phoenyx…Mon…euh…
Il est l’homme qui a redonné vie à mon cœur.

Ainsi donc cet homme était le propriétaire de l'aigle qui souillait régulièrement la table de la cuisine en y dévorant de la viande crue. Il était aussi celui qui semblait avoir redonné une certaine joie de vivre à sa fille et pour cela elle lui était déjà reconnaissante. Elle le détailla pendant qu'il se présentait. Il était solide avec un visage avenant malgré la crasse qui le recouvrait. Sa tenue crottée témoignait d'un homme sachant se servir de ses mains et ne rechignant pas à la tâche. Ceci avait bien plus d'effets positifs sur Bertrande qu'un freluquet trop précieux. Elle se méfiait des hommes de salon, trop propre pour être honnêtes.

Citation :
Très chère dame, je suis effectivement Phoenyx venant de Moulins, et tout comme votre fille, mon cœur est sorti de sa léthargie depuis que j'ai le plaisir de la connaître. J’espère sincèrement que vous approuverez ma venue et je vous assure de mes plus profonds sentiments pour celle que vous avez su mettre au monde de manière si magnifique.

Elle tiqua légèrement sur les derniers mots. La mise au monde d'Elienore avait été tout sauf magnifique. Visiblement sa fille n'avait pas raconté à son amoureux les circonstances de sa naissance, grand sujet de discorde entre les deux femmes, l'une ne parvenant pas à pardonner l'autre. Le pauvre garçon n'aurait certainement pas utilisé ces mots s'il avait su, mais comment lui en vouloir. Elle lui sourit aimablement, atténuant légèrement son air revêche.

Messire, la bienvenue dans cette demeure.
Vous semblez avoir une influence positive sur ma fille puisque voilà des semaines qu'elle ne parle pas de voyage.
Je vous suis déjà reconnaissante pour ça.


Peut être que la nature des sentiments du jeune homme pour sa petite lui ferait prendre conscience que sa place était ici, dans sa demeure ,et non sur les chemins du royaumes.
Elle rosit quand il lui fit un baise main et en entendant ses paroles. Ne voulant pas perdre contenance, elle se redressa et déclara.


Bien bien...trêve de bavardages inutiles...
Quand vous aurez plus belle allure l'un et l'autre, venez me rejoindre à la cuisine.
Un bon bol de soupe chaude vous fera le plus grand bien.


Elle salua d'un signe de tête sec et fit retraite dans son antre, la cuisine. Une petit flamme dansait dans ses yeux sombres. Un homme à l'Aubépine, voilà qui allait faire du changement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elienore

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 05/02/2010

MessageSujet: Re: Une arrivée peu conventionnelle et humide.   Mar 28 Déc - 15:53

Ses troupes parties vers leurs tâches à accomplir, elle entend derrière elle la phrase de Phoe.

Euh vous savez Élie, je peux faire tout cela moi même hein, vos gens ont sûrement bien d'autre tache à faire que de s'occuper de moi, je ne voudrais pas mettre à mal votre organisation et ne veux en aucun cas m'imposer ici.

Elle se rend compte qu'il ne doit pas avoir l'habitude d'être aussi entouré. Phoe n'a pas la même vie dorée qu'elle même. Elienore est une privilégiée, elle a hérité d'une belle sommes d'argent au décès de son père, ce qui lui permet d'avoir un train de vie d'une riche bourgeoise. Etant à l'abri financièrement, elle a consacré sa vie a enrichir son savoir et sa culture ce qui lui a permis d'obtenir un travail bien peu manuel. La venue de Lizon et Alix au domaine relève, à l'origine, plus de la charité que d'un réel besoin de domestique. Pourtant elle doit bien s'avouer que leurs présences lui permettent d'avoir d'autres activités que ménagères. La cuisine n'a jamais été sa passion et les poussières non plus, par contre rester des heures durant le nez dans un vieux livre la ravi. Phoe constaterait bien vite que les personnes vivants sous ce toit forment une famille et vivent simplement.

Je sais mon aimé que vous pouvez vous débrouiller seul. Vous le faite certainement très bien lors de vos missions et sur un champ de bataille.
Vous venez de passer plusieurs semaines dans le froid, l'enfer des combats, tenaillé par la faim peut être. Alors je vous en prie, laissez nous prendre soins de vous.


Elle lui sourit se faisant convaincante.

Si cela peut vous rassurer, Alix ne fait que préparer votre bain...vous pourrez le prendre tout seul comme un grand.

Son regard pétille de malice et un doux baiser vient se poser sur les lèvres de cet homme qui par sa seule présence la réchauffe. Elle ajoute en murmurant.

En cas de besoin...je ne serai pas loin.

Il dépose ses armes et Elie accueille l'arrivée sa mère non sans une certaine appréhension.
Bertrande était charmante, en règle générale, avec tout le monde. Seule sa fille n'avait pas toujours grâce à ses yeux. Sa mère était tellement différente d'elle même.

Toute jeune elle avait été placés comme servante dans un château auvergnat. Le seigneur de Montsalvy l'avait séduite et après quelques mois de passion partagée, elle s'était retrouvée enceinte. Chassée par l'épouse bafouée et ignorée de son amant, elle était partie vers le nord. En chemin elle avait donné le jour à une petite fille aux boucles brunes et aux yeux verts comme son père. Ne sachant que faire, elle avait abandonné le bébé devant un couvant et était partie sans se retourner. Elle n'avait pas su que la petite avait été récupérée par son véritable père et confié à des parents adoptifs qui l'avaient baptisée Elienore. Le hasard de la vie les avait remises sur le même chemin sans savoir ce qu'elles étaient l'une pour l'autre. La découverte de ce lourd secret avait beaucoup affecté Elie et depuis la relation amicale qu'il y avait eu entre les deux femmes avait bien du mal à devenir une relation filiale.


Citation :
Et bien ma fille que t'était-il arrivé?
Te voilà bien peu présentable.
N'as-tu donc pas passé l'âge de te rouler dans la neige?

Toujours aussi agréable, Elie fronce les sourcils. Les reproches de sa mère ne parviendront pas a entamer sa bonne humeur.
Phoe vient à son secours en se présentant lui même. Les mots qu'il utilise sont merveilleusement doux à son oreille. Par quel miracle a-t-il prit une place si importante dans son cœur?
Tout lui parait encore irréel. Ils se connaissent depuis des semaines alors qu'ils viennent juste de s'embrasser pour la première fois. Pourtant l'amour qu'ils partagent est déjà bien fort et elle ne pourrait plus se passer de lui.
L'échange entre Phoe et sa mère se termine. Celle-ci les invite à venir la rejoindre pour partager une bonne soupe chaude. Elie la regarde partir.


Une invitation dans sa cuisine...quel privilège!
Mon aimé, je crois que vous avez fait forte impression à ma mère.


Elle se blottit dans ses bras et l'embrassa une fois de plus. Ils étaient à nouveau seuls. Son corps se pressa contre le sien, tentant de récupérer un peu de chaleur et de lui en transmettre tout autant. Elle se détacha doucement de son étreinte et l'attira vers l'étage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phoenyx92

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 46
Localisation : La ou son coeur s'est posé

MessageSujet: Re: Une arrivée peu conventionnelle et humide.   Mar 28 Déc - 23:55

Il était ébahit de voir l'activité de toute la maisonnée sous la seul impulsion de sa belle, quelle femme qui semblait se faire autant respecter par ses gens de maison qu'aimé par les même, tant sa gentillesse et sa façon de voir la vie était pour Élie un savoir vivre évident.

J'y cours dame Elienore. Ce sera rapidement prêt.

Une drôle de sensation vint perturber le pauvre Phoe un peu décontenancé devant tant d'attention à son égard, une boule lui serra même la gorge pensant qu'il ne connaissait pas les usages du bain c'est les personnes de ce monde dans laquelle il pénétrait pour la première fois.
La jeune Alix allait elle restait avec lui pendant le bain? Allait elle le laver ? Une sorte de honte mal placé le titillait, non pas qu'il soit pudique mais quand même se retrouvait nu devant la jeune fille qui semblait deja bien connaître les hommes était une chose qu'il n'avait pas imaginer.

la ptite Lyson semblait elle plus effacé pour ne pas dire timide mais totalement dévoué elle aussi à cette maison

Il espérait vraiment bien s’intégrer à cette vie nouvelle et ferrait tout ce qu'il faudra pour y parvenir, partagé un amour si grand si fort et si soudain était bien une chance qu'il ne voulait pas laisser passer.

Phoe regardait la mère d’Élie, son œil sur sa fille ne semblait pas feindre un amour fort et sincère mais quelque chose entre elles deux était perceptible, une sorte de malaise permanent, quel secret donc mère et fille pouvait elle bien partager pour se retrouver en presque adversaire dans la même maison.
Décidément, il se sentait mis à nu sous le regard presque inquisiteur de cette mère, il savait qu'il lui faudrait gagner sa confiance mais aussi son respect pour être admis en tant que membre a par entière de cette maison.
Car oui c’était bien cela son but maintenant, il voulait, il tenait, il espérait vivre ici le restant de ses jours et les partager avec celle pour qui il était près à tout.


Messire, la bienvenue dans cette demeure. Vous semblez avoir une influence positive sur ma fille puisque voilà des semaines qu'elle ne parle pas de voyage. Je vous suis déjà reconnaissante pour ça.

Ma très chère dame, c'est à moi de vous remercier de l'hospitalité que vous me proposez de si bonne grâce, j’espère être discret et en point déranger vos habitudes, et croyez sur parole si j'ai quelque peu d’influence sur votre délicieuse fille, elle en a sur moi bien plus encore.


Bien bien...trêve de bavardages inutiles... Quand vous aurez plus belle allure l'un et l'autre, venez me rejoindre à la cuisine. Un bon bol de soupe chaude vous fera le plus grand bien.

Il se regarda, tenu du cercle sur lui, pouilleux et crasseux, trempé jusqu’au os, la barbe rugueuse de tant de semaines passées à pourchasser le vilain qu'il en rougit de s’être présenté ainsi devant la mère de sa douce.

euh ben oui, cela sera avec le plus grand des plaisirs, mais effectivement, il me faut me mettre dans une tenue plus conforme avec votre beauté et a votre charmante demeure.

Voila tout le monde était repartit aussi vite que venu, enfin seul avec Élie, il se laissa aller à l'embrasser fougueusement la tenant par les hanches encore humide de la neige du dehors, il la serra précieusement contre lui comme pour la remercier de l'avoir laissé entrer dans sa vie comme dans sa maison.

Je sais mon aimé que vous pouvez vous débrouiller seul. Vous le faite certainement très bien lors de vos missions et sur un champ de bataille.
Vous venez de passer plusieurs semaines dans le froid, l'enfer des combats, tenaillé par la faim peut être. Alors je vous en prie, laissez nous prendre soins de vous.


Voila, il allait se faire chouchouter, bien qu'il n'en avait pas l'habitude, il savait que de toute façon il ne pouvait dire autre chose que oui, et pis se laisser aller le temps d'un instant savoureux avec celle qu'il aime, que pouvait il y avoir de mieux? rien sûrement, rien de rien.

Vous savez ma très tendre Élie, certes la vie que je mène peut être parfois dur voir rude mais maintenant si je sais que votre havre de paix m’accueilles de la sorte, qu'il va être doux pour moi repartir sachant que je pourrais revenir ici,
Je pourrais bien revenir hein?


Si cela peut vous rassurer, Alix ne fait que préparer votre bain...vous pourrez le prendre tout seul comme un grand.
En cas de besoin...je ne serai pas loin.


Il la regarda, les yeux pétris d'amour et de malices, ses minimes ne pouvant se détacher de ses hanches pleines et deja si savoureuses ses caresses habiles.
Il était bien rassurer en effet par les mots de sa belle, mais son murmure résonna en lui comme un appel auquel il ne pouvait que répondre,
Son esprit partit rêver un moment, moment pendant lequel il se voyait dans un grand bain moussant avec la belle Élie, elle lui frottait le dos pendant que lui jouait de ses mains sur ses cuisses douces et soyeuses qui l'entourait,
Il sortit vite fait de cette vision douce et chaleureuse en sentant d'un coup ses braies devenir moins larges sous l’émotion que venait de provoquer cette rêverie.
Il desserra un peu son étreinte, pour ne pas embarrasser sa belle et se mit de trois quart pour ne pas que cette protubérance naissante soit bien trop visible.


Élie, voyons, si vous voulez que je sois l'homme le plus honteux du monde, vous allez y arriver, avec ce froid, je dois avouer que je ne serais pas a mon avantage, je vous sais médicastre mais de grâce, évitez moi cette cruelle désillusion.............;à moins que......................

il rit de bon cœur et faisant fit des convenance l'embrassa encore plus fougueusement, un baiser presque animal, tellement, il se sentait bien avec sa prof qu'il ne voudrait pour rien au monde être ailleurs.


Une invitation dans sa cuisine...quel privilège! Mon aimé, je crois que vous avez fait forte impression à ma mère.

Vous savez Élie, votre mère a l'air d’être une personne très agréable même si il me semble bien que quelque chose entre vous vous retient mutuellement de vous aimer plus ouvertement, mais bon je ne voudrais pas m’immiscer dans ce qui semble être un diffèrent entre vous et elle et si je dois faire des claquettes nu sur un lac gelé pour plaire à dame votre mère, je le ferrais sans aucun hésitation.

Rien n'est plus précieux à ce jour que votre bonheur et si je dois pour cela faire des choses dont je ne soupçonne même pas l’existence, croyez moi que je m'y emploierais prestement


Il se laissa mener par sa tendre en un autre lieu, découvrant au fur et à mesure de ses pas la vaste demeure et ses nombreuses pièces tout en la serrant tout contre lui mains dans la main, doigts entrelacés et sourire heureux aux lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elienore

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 05/02/2010

MessageSujet: Re: Une arrivée peu conventionnelle et humide.   Mer 29 Déc - 12:44

Ses mains larges emprisonnant ses hanches sont délicieusement agréables éveillant des sensations diverses et depuis trop longtemps oubliées. Qu'il est bon d'aimer et de se sentir aimée en retour. Comment a-t-elle fait pour survivre s'en ce sentiments indispensable durant des années. Elle qui pensait que ce ne serait plus jamais possible, voilà que son cœur bat comme il ne l'a jamais fait.
Elienore découvre en compagnie de Phoe un univers qui lui était parfaitement inconnu jusque là. Certes elle a déjà aimé mais avec Phoe tout est si différent. L'amour qu'ils partagent lui semble moins irréfléchi, bien plus solide et profond qu'un simple emportement des sens qui s'épuise plus vite que la dégustation d'une tarte aux pommes de Bertrande. Elle se presse un peu plus contre lui , profitant d'être seul pour l'embrasser plus sensuellement. Il s'éloigne doucement, la fixant d'un regard troublé.


Citation :
Élie, voyons, si vous voulez que je sois l'homme le plus honteux du monde, vous allez y arriver, avec ce froid, je dois avouer que je ne serais pas a mon avantage, je vous sais médicastre mais de grâce, évitez moi cette cruelle désillusion.............;à moins que......................

Elle rit avec lui tout en l'entrainant dans l'escalier de pierre qui occupe la tour ronde de la demeure. Tout au-dessus de la tour se trouve la volière où Proxy et Vol-au-vent doivent avoir trouvé refuge.
Le couple continuent de bavarder tout un grimpant vers l'étage.


Citation :
Je pourrais bien revenir hein?

Elle s'arrête et le regarde stupéfaite qu'il pose cette question tellement incongrue.

Mais bien entendu que vous pourrez revenir, cette maison est la nôtre à présent.

Elle reprend son ascension et s'engage dans le couloir du premier étage, le trainant toujours derrière elle.

Citation :
Vous savez Élie, votre mère a l'air d’être une personne très agréable même si il me semble bien que quelque chose entre vous vous retient mutuellement de vous aimer plus ouvertement, mais bon je ne voudrais pas m’immiscer dans ce qui semble être un diffèrent entre vous et elle et si je dois faire des claquettes nu sur un lac gelé pour plaire à dame votre mère, je le ferrais sans aucun hésitation.

Rien n'est plus précieux à ce jour que votre bonheur et si je dois pour cela faire des choses dont je ne soupçonne même pas l’existence, croyez moi que je m'y emploierais prestement

Devant la porte de la salle d'eau, elle lui fait face et caresse une fois de plus sa joue d'un geste tendre. Il est arrivé depuis peu de temps et son esprit perspicace à déjà découvert qu'un malaise existe entre sa mère et elle. Le lieu et le moment ne se prêtant pas à une confidence, cela viendrait plus tard, elle préfère cacher sa légère gêne par un rire joyeux.

Nous vous inquiétez pas mon cher Phoe, je connais ma mère et vous lui avez fait excellente impression.
Dommage...un spectacle de claquettes aurait pu être très distrayant.


Elle rit de nouveau de sa boutade puis reprends plus sérieusement.

Vous faites déjà mon bonheur et votre présence ce jour est un merveilleux cadeau très précieux.
Vous voyez je ne suis point exigeante, ne demande même pas que vous me décrochiez la lune.


Sur un dernier baiser amoureux, elle le poussa dans la salle de bain (ici) et se dirigea vers sa chambre. Elle devait absolument se changer avant de tomber malade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phoenyx92

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 46
Localisation : La ou son coeur s'est posé

MessageSujet: Re: Une arrivée peu conventionnelle et humide.   Mer 29 Déc - 18:39

Ils avancèrent dans les couloirs mains dans la mains, doucement Phoe s'habituait à cette lumière et aux odeurs de la maison, il discutait tout les deux comme deja un couple serein, se disant tout, ne cachant rien, se livrant sans compter sur leurs inquiétudes légitimes et leurs envies réciproques, une douce symbiose se dessinait à grand pas.

Mais bien entendu que vous pourrez revenir, cette maison est la nôtre à présent.
Nous vous inquiétez pas mon cher Phoe, je connais ma mère et vous lui avez fait excellente impression. Dommage...un spectacle de claquettes aurait pu être très distrayant.


Son cœur se serra de bien être, jamais des mots avaient été aussi doux à ses oreilles, comment cette femme pouvait deja lui donner tout alors qu'il ne se connaissait que si peu au final, sûrement car elle doit ressentir ce que je ressens pensa t'il.

Ma douce, vous savez, cette demeure est la votre et je n'ai rien fait pour qu'elle soit mienne, mais j'avoue que l'envie de rester chez vous un peu de temps me taraude l'esprit, mais bon pas longtemps hein je ne voudrais pas abuser, une centaine d'année suffiront^^
Et pour le spectacle, rien ne m’empêchera de vous en faire un spécialement pour vous hein


Amusé lui aussi de sa boutade, il scella à nouveau ses lèvres contre les siennes et se laissa aller à un énième baisser passionné.

Vous faites déjà mon bonheur et votre présence ce jour est un merveilleux cadeau très précieux. Vous voyez je ne suis point exigeante, ne demande même pas que vous me décrochiez la lune.

Hummm la lune, dites vous? Dans mon état je ne pense pas que j'arriverais un décroché un jambon du croc d'un étal^^
Allez donnez moi quelques minutes et je vous reviens dans une tenue bien plus conforme à votre beauté.


Se laissant poussé par sa belle tout en lui chipant un autre baiser, il entra dans la salle de bain ou Alix venait de lui préparer un bon bain d'eau claire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une arrivée peu conventionnelle et humide.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une arrivée peu conventionnelle et humide.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]
» Zorro est arrivée... sans se presser.

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de l'Aubépine :: Les extérieurs :: Le portail d'entrée-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: