Duché de Ravel
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La grande aventure nordique des ravis

Aller en bas 
AuteurMessage
Elienore

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 05/02/2010

MessageSujet: La grande aventure nordique des ravis   Ven 4 Jan - 13:39

Ils étaient restés en taverne plus tard qu'à l'accoutumée la veille au soir. Voulant profiter de chaque instant avec les moulinois qui resteraient au village durant leur périple vers le grand nord.
La soirée avait été riche en émotions entre vœux de bon voyage, dernière recommandation à Arthur au sujet d'Adelys et cadeau mystérieux de son époux.
Finalement il avait bu fallu se décider à rentrer au domaine pour quelques heures de repos.
Elle s'était rendue en compagnie de Phoe dans la chambre de leur princesse qui dormait profondément. Ils avaient été particulièrement attentif l'un et l'autre à lui donner tout l'amour et l'attention nécessaire afin de combler le manque de ses parents durant les semaines à venir.
Deux mois ce n'était pas si long et pourtant Elie savait qu'un bébé de cet âge change de jours en jours. Son cœur de mère était triste de la laisser tout en sachant que l'emmener serait bien trop dangereux. Son époux sentant certainement son émotion grandissante devant le visage paisible de la chaire de leur chaire, la serra un peu plus dans ses bras, murmurant des paroles de réconfort.
Elle lui fit un sourire reconnaissant. Un baiser doux déposé sur le petit front et ils regagnèrent leur chambre.
Ce n'est que bien plus tard, comblée d'amour qu'elle plongea dans ses rêves où se mêlèrent pirates et grandes contrées neigeuses.

Au premier chant du coq elle s'éveilla. Il faisait encore nuit noire derrière les volets clos. Elle était si bien dans son lit blottie contre le corps puissant et rassurant de l'homme aimé. Lui aussi s'éveillait, elle le sentait remuer. Elle lui déposa un baiser sur le torse, là où sa tête reposait juste avant et murmura.


Bonjour toi.
C'est le grand jour, l'aventure commence.


Les heures suivantes furent consacrées aux derniers préparatifs. Solide petit déjeuner, charrette chargée. Alix avait réussi l'exploit d'entasser tout ce qu'elle emportait dans une seule malle accompagnée d'un tout petit coffre contenant cartes, livres et objets féminins en tout genre.
La malle mystérieuse de son époux s'y trouvait aussi et elle caressa machinalement la petite clé pendue à la chaîne d'or qu'il avait passé à son cou la veille. Sa curiosité était mise à rude épreuve mais elle avait promis de ne pas chercher à connaître son contenu avant que son époux n'en décide le moment.


Quand l'heure du départ arriva, les au revoir à Lizon et Alix furent rapides afin de ne pas ajouter plus d'émotion qu'il n'y en avait déjà.
Chaudement vêtue d'un manteau doublé de renard blanc, de gants et d'un chapeau, Elie prit sa fille dans ses bras et monta en voiture rejointe par Phoe et Bertrande alors que Guy conduirait le convoi.
Le trajet se déroula dans les rires joyeux de la bambine, enchantée des câlins et bisous de ses parents.
L'activité du port était intense dans ce matin gris et sombre. La saison n'était sans doute pas la meilleure mais impossible de repousser au printemps. Le temps était compté pour leur quête.
Descendue de voiture, son bébé serrée contre elle, Elienore regarda le bateau qui les mènerait jusque Chinon. Ninon était déjà à bord du solide foncet et houspillait l'équipage pour hisser la voile.
Morphey et Sofio, un peu plus loin, veillait au chargement tout comme le faisaient Phoe et Guy. Greg, Galaan et Cornophone étaient là aussi, embarquant chacun à leur tour. Les autres seraient du prochain voyage.
Le contenu de la charrette rejoignit les cales et leur cabine. Elie profitait de ces instants bien trop court pour donner ses instruction à sa mère tout en sachant que cela était bien inutile. Bertrande était parfaite dans son rôle d'aïeule.


Soit bien sage ma puce.
Papa et maman vont revenir avec des tas de cadeaux.


Phoe vint la rejoindre. Tout le monde était à bord et il ne manquait plus qu'elle pour donner le départ.
Elle mit son précieux trésor dans les bras de sa Grand-Mère et les serra toutes deux dans ses bras.
Retenant ses larmes, elle monta sur la passerelle tenant fermement la main de son mari pour ne pas glisser.
Elle alla s'accouder au bastingage et fit des grands signes de la main à ceux qui restaient à quai. Les amarres furent larguer et le bateau débuta sa manœuvre pour quitter le port de Moulins.
Aussi longtemps qu'elle le pu elle regarda les êtres chères qu'ils laissaient jusqu'à ce qu'ils deviennent des points minuscules au loin. Blottie dans les bras de son époux, elle l'embrassa passionnément alors que le vent faisait voler ses boucles brunes autour de son visage.
La première étape du voyage débutait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelys

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 09/02/2010

MessageSujet: Re: La grande aventure nordique des ravis   Ven 4 Jan - 14:25

Sa vie de bébé était radieuse. Elle vivait dans une grande maison avec plein de monde qui la dorlotait et l'aimait.
Il y avait maman, qui avait une voix douce quand elle lui racontait des histoires et qui sentait bon les fleurs. Papa, fort et rassurant même quand il faisait sa grosse voix dont elle n'avait absolument pas peur. Sa Grand-Mère Bertrande dont l'odeur sucrée la faisait saliver. Le vieux Guy un peu bourru qui sentait fort et dont la barbe piquait ses joues tendres mais qui veillait sur elle quand papa n'était pas là. Lizon avec son odeur de savon qu'elle adorait et pour finir Alix qui la faisait rire quand elle pinçait le nez dégoûté devant sa frimousse barbouillée de gâteau.
Oui sa vie était belle à l'Aubépine.

Pourtant depuis plusieurs jours elle sentait une différence. Ses parents étaient encore plus aimant, passant beaucoup de temps avec elle, ce qu'elle aimait particulièrement mais qui l'inquiétait tout de même un peu. Ils lui parlaient de voyage. Allaient-ils disparaître comme quand papa n'était pas là et que maman était si triste. Elle ne comprenait pas tout à ce que disaient les grands.
Elle ne voulait pas être triste. Elle voulait que rien ne change.

Ce matin Lizon était venue l'habiller puis maman l'avait prise dans ses bras la serrant encore plus fort que d'habitude.
Au port , elle n'avait pas assez de ses grands yeux, si semblable à ceux de sa mère, pour tout voir. Il y avait beaucoup de monde et d'agitation. Les bateaux étaient beaux avec leurs voiles colorées.
Papa lui fit un gros bisou puis maman aussi et elle la déposa dans les bras de sa Grand-Mère.
Ils montèrent sur le bateau et firent des grands gestes. Ils étaient comiques ses parents à s'agiter de la sorte et elle voulu en faire autant , remuant ses petits bras en tout sens.
Ils devenaient de plus en plus petit jusqu'à disparaître complètement alors elle eu très peur et se mit à hurler, de grosse larmes dévalant ses joues roses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phoenyx92

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 08/12/2010
Age : 46
Localisation : La ou son coeur s'est posé

MessageSujet: Re: La grande aventure nordique des ravis   Mar 8 Jan - 19:52

Cette dernière nuit avait été quelque peu agité, surement le départ du lendemain qui faisait cogiter le père qu'il était de laisser la moitié de sa vie à l’Aubépine et emportant l'autre moitié vers une aventure qui pouvait s'annoncer tout aussi périlleuse que dangereuse. Autant il savait Adelys en parfaite sécurité avec un Guy qui veillerait sur elle comme sur la prunelle de ses yeux, les trois femmes de la maison qui allait enfin avoir cette petite merveille rien que pour elles trois et un Arthur qui se ferait fort d’être présent autant que son temps libre le lui permettrait. Pour la sécurité de son épouse, personne mieux que lui n’était à même de s'en occuper, d’ailleurs jamais il ne laisserait le soin à quiconque de le faire à sa place hormis toujours ce bon Guy pour lequel il avait une confiance aveugle.

Réveil en douceur auprès de cette femme qui à peine un œil ouvert venait déjà lui offrait sa bouche sur son torse après lui avoir offert son corps toute la nuit. Personne ne pouvait être plus heureux que lui, et personne n'aurait pu remplir son cœur autant qu’Élie le faisait.

Élie en femme parfaite qu'elle était, avait une fois de plus préparer au mieux la petite maisonnée à leurs départs, tout aussi bien qu'elle avait su admettre la seule malle qu'Alix en femme pratique à plus d'un titre avait su préparer pour ce long périple à travers les océans. Il veilla à ce que rien ne soit oublié et surtout pas sa petite malle secrète qui devait rendre vert de curiosité une Élie pire qu'une pie dans ce genre d'occasion. L'heure du départ avait sonné, il sentait trop bien toute l’émotion qui traversait de part en part son épouse pour en ressentir lui aussi les moindres parcelles.

Adelys du haut de ces quelques moi ne comprenait pas forcement tout encore mais elle avait surement bien comprit que ses parents ne serait pas la ce soir. Les effusions d'amour durèrent et durèrent encore, qu'il était dur de laisser même en des mains sur la chair de sa chair de manière volontaire. Derniers instants à terre à embrasser les leur, dernier regard complice avec Guy qui avait sa mission qui débutait maintenant, deniers instants avec leur merveille à lui transmettre tout l'amour que ce couple pouvait produire, ce qui n’était pas peu dire.
Ce voyage fallait bien des sacrifices tellement l’épopée serait belle mais le plus couteux était bien de faire s'effacer le visage de porcelaine de leur fille au fur et à mesure que le bateau prenant le gite.
Élie s’était emmitouflée tout contre lui, pleine d'amour et de tristesse mélangé. Il le comprit encore une fois que trop bien car le baiser qu'il lui offrit en retour du sien très passionné fut l'un des plus enthousiaste et des plus ardent qu'il n'avait jamais dû lui produire, le tout en la ceinturant de ses grand bras qui grâce aux bons soins de toute la maisonnées avait retrouvé toute la force d'avant son passage « forcé »chez les moines.

La terre était loin maintenant, toujours en serrant fortement sa toute belle, il lui indiqua le chemin de la cabine qui allait devenir le temps de ce voyage leur chez eux. Il l'a mena dans la cabine et lui demanda de tester le moelleux du lit pendant que lui s'attacherait à descendre leurs affaires afin d’aménager cette nouvelle demeure au mieux.
Les malles furent posées dans le fond de la cabine et en parfait tentateur qu'il était posa sa malle secrète sur la commode près du lit, bien à la vue de son épouse qui allait surement le maudire de cet attrait si proche et pourtant si inaccessible.
Il regarda sa belle se prélasser dans le lit qui semblait tout à fait tendre et voulait s'assurer par lui-même de la literie, il sortit d'une grosse malle, une peau de bête qui avait dut réchauffer l'ours qui l'avait porté durant son vivant et sauta sur le lit s'allongeant près de sa femme tout en recouvrant les deux corps aimant de cette chaleur animale ne laissant plus dépasser le moindre centimètre carré de peau humaine.....................

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elienore

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 05/02/2010

MessageSujet: Re: La grande aventure nordique des ravis   Dim 13 Jan - 21:00

Il ne restait plus que la ligne d'horizon au loin. La terre avait disparue pour ne laisser place qu'à une vaste étendue d'eau.
Une partie du cœur d'Elie était resté à Moulins avec son bébé. Elle se sentait amputée d'une part d'elle même. Elle savait que leur décision était la meilleur pour la petite. Cette aventure était bien trop hasardeuse pour un bébé de 6 mois. Eux même ne savaient pas trop à quels dangers ils allaient s'exposer. Une rencontre avec des pirates étaient possible, le bateau pouvait couler, la maladie les frapper en pleine mer...
Les bras de Phoe se resserrèrent autour de ses épaules. Il l'entraîna vers la cabine qui serait leur chez eux pour les semaine à venir.
Elle n'était pas très spacieuse mais semblait confortable et utilitaire. Un lit marin aux tentures couleur rubis, accolé à la cloison du fond en occupait une bonne partie. Il n'était pas très grand mais suffisant pour contenir deux corps serrés. Une petite table et deux tabourets de part et d'autre. Une autre dans un coin supportant une cuvette et un broc d'eau glacée, le tout surmonté d'un petit miroir. A côté du lit une commode avec une lampe à huile. Une fenêtre à croisée de bois laissait entrer un peu de lumière du jour. Un poêle en fonte diffusant une chaleur bien heureuse et un panier rempli de bûches terminait l'ameublement spartiate de la pièce.
Il restait de la place pour installer leurs coffres. Elie se félicita de n'avoir emporter que si peu de chose finalement.

Elle retira chapeau, gants, bottes et manteau avant de s'installer que son époux l'en avait priée sur la couchette. Le matelas était confortable , pas trop mou mais pas dur non plus. Phoe revint chargé comme une mule de tous leurs effets. Il déposa le tout dans un coin sauf un coffre qu'il mit sur la commode près du lit. Elle le reconnu immédiatement et sa curiosité s'éveilla aussitôt. Que pouvait bien contenir cette boîte ? Elle avait promis de ne pas chercher à en connaître le contenu mais là il était manifeste que son mari voulait la tenter.

Phoe la rejoignit en les couvrant d'une peau d'ours bien chaude. Elle se blottit dans ses bras et sans avoir l'air d'y toucher ce mit à le questionner.


Il est bien beau se coffre que tu traînes avec toi depuis l'Aubépine.
Il semble très lourd aussi...


Elle le regarda de ses prunelle vertes, candides. Il allait quand même bien lui donner un petit indice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelys

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 09/02/2010

MessageSujet: Re: La grande aventure nordique des ravis   Mar 29 Jan - 10:51

[Pendant ce temps à Moulins]

Ses parents lui manquaient indéniablement, malgré toutes les attentions dont elle faisait l'objet par les membres de la maisonnée.
Grand-mère Bertrande s'occupait beaucoup d'elle, tout comme Lizon. Mais l'une et l'autre avaient des tâches à accomplir dans la grande bâtisse. La bambine se retrouvait régulièrement en la seule compagnie de sa poupée de chiffon que maman lui avait offerte et qu'elle aimait énormément.
En ce début d'après-midi, bien en sécurité dans son berceau, elle tentait de s'exercer au langage. Les mots se formaient dans sa tête mais sa bouche refusait obstinément de les laisser sortir. Elle ne parvenait qu'à un babillage incompréhensible pour tout un chacun.


Paaaa...dada...dadadaaaa...pooo...daaaaaaaa

La porte s'ouvrit au moment où une bulle de salive éclata sur sa jolie bouche en cœur y laissant une trace humide. Étonnée de son exploit, elle ouvrit démesurément ses yeux identique à ceux de sa mère. Il faudra qu'elle essaye à nouveau, mais pour l'instant l'arrivée de sa Grand-mère captiva toute son attention où plus exactement celui qui l'accompagnait et qu'elle reconnu aussitôt.
Parrain Arthur venait lui rendre visite. Elle tendit ses petit bras potelés vers lui tout en agitant ses fesses pour qu'il la sorte de là. Cela ne tarda pas et il l'emmena bien calée dans ses bras pour prendre place dans le haut fauteuil où maman lui racontait des belles histoires.
Parrain aussi commença à lui en raconter une. Elle ne comprenait pas tout ce qu'il disait mais l'écoutait avec la plus grande attention quand elle entendait les mots « papa » ou « maman ».
Il avait un peu de poils sur le menton son parrain, comme de la fourrure toute rase. Adelys se demanda si elle était aussi douce que celle de sa couverture et en fille curieuse qui se respecte avança sa petite menotte pour en juger par elle même. Cela picotait ses petit doigts, elle sourit cela lui rappelait son papa au matin quand maman la déposait dans leur lit pour qu'elle le réveille. Généralement cela se terminait par une séance de chatouilles et de bisous qui la faisaient glousser de plaisir.
Parrain continuait son histoire et elle se concentra sur ce qu'il disait, marquant de temps en temps son approbation par un gazouillement. Elle aimait bien sa voix qui était apaisante et sereine.
Attrapant un de ses doigts, elle entreprit de le mâchouiller. Ils étaient bien plus coriaces que les siens et cela faisait du bien à ses petites gencives rendues sensibles par une prochaine sortie de dents.
Quand il prit une grosse voix elle le lâcha et éclata d'un rire enfantin. Il était drôlement rigolo son parrain, ses parents avaient eu une riche idée en le choisissant
Petit à petit, ses paupières se firent plus lourdes. Elle serra sa poupée contre elle et glissa son pouce dans sa bouche, bercée par le doux ronronnement de la voix chaleureuse.
Elle se sentait merveilleusement bien entre ses bras puissants et elle s'endormit. Le temps passa et c'est la voix bourrue de Grand-mère qui la réveilla. Cela ne l'inquiétait pas, sa Grand-Mère était comme ça, toujours a ronchonner mais le cœur sur la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grande aventure nordique des ravis   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande aventure nordique des ravis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le début d'une grande aventure
» Au départ d'une grande aventure ! [PV Holly]
» [Manga] Manga Pokémon la grande aventure.
» [Manga] Pokémon la grande aventure, ça continue à Hoenn !
» Grande Aventure galactique de paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de l'Aubépine :: Au loin du domaine :: Les voyages-
Sauter vers: